Il est désormais devenu important de sauvegarder la nature et l’environnement pour avoir une vie meilleure. La permaculture permet un jardinage durable qui s’appuie pleinement sur la nature

Il s’agit d’un mode de culture qui met en avant l’écologie et le savoir-faire traditionnel dans le but de créer un environnement plus naturel. Mettre en place un jardin permacole permet aussi de préserver la diversité de l’écosystème. Pour en savoir plus sur ce procédé, lisez ces quelques lignes.

Définition de la permaculture

Étymologiquement, le mot permaculture signifie culture permanente. Dans les années 70, le terme a été utilisé pour englober l’ensemble des techniques mises en place dans le but d’avoir une culture ou une agriculture durable. 

En effet, la permaculture se base sur la préservation de la nature en vue de créer un écosystème diversifié et de le préserver de manière permanente. Il désigne aussi une méthode qui améliore la productivité de la terre de la manière la plus naturelle possible.

Aujourd’hui, le mot permaculture désigne un vrai mode de vie. C’est le fait de prendre soin de la terre et des êtres vivants, et ce, tout en partageant les ressources. Autrement, la permaculture permet aux hommes, aux animaux et à la terre de vivre en harmonie dans un environnement naturel. C’est une façon de cultiver autrement en protégeant les écosystèmes.

Les grands principes de la permaculture

La permaculture peut être appliquée dans de nombreux domaines : agriculture urbaine, agriculture biologique, maraîchage, agroécologie, biodynamie, ou encore culture sur butte de terre

Ses éthiques sont la préservation de la planète, la protection des hommes ainsi que le partage équitable des ressources. Selon les 2 fondateurs du terme (Bill Mollinson et David Holmgren), la permaculture se repose sur quelques principes bien définis.

Créer un sol vivant pour avoir de meilleures récoltes

La meilleure façon d’obtenir une terre fertile est de respecter la terre et laisser faire la nature

Parmi les plus importants, il y a la création d’un sol vivant. Sachez que pour avoir une bonne récolte, il faut un sol bien entretenu. Il convient donc d’améliorer la terre en la travaillant et non en la détruisant avec des techniques chimiques (engrais non naturels). Il faut respecter la terre.

Utilisez ainsi du compost (déchets végétaux) pour raviver le sol. Cela dans le but de préserver la présence des vers de terre. Ces derniers peuvent aérer et brasser le sol, et ce, sans que vous ayez besoin de le labourer. En outre, le travail intensif de la terre peut altérer son équilibre.

Stocker de l’énergie pour mieux l’utiliser

Le stockage de l’énergie compte aussi parmi les plus grands principes de la permaculture. Dans ce cas, vous pouvez capter et stocker les ressources abondantes dans le but de les réutiliser lorsqu’elles se feront rares. 

Par exemple, vous pouvez utiliser une serre pour capter l’énergie du soleil et faire grandir les plantes. Celles-ci pourront donc pousser même en saison hivernale.

Outre l’énergie du soleil, vous pouvez aussi récupérer, réutiliser et stocker l’eau de pluie pour l’arrosage. En effet, elles serviront à arroser le jardin. Elles peuvent aussi être stockées pour une utilisation ultérieure et se prémunir contre les périodes sèches. De plus, vous réduirez votre consommation d’eau du robinet et allégerez votre facture.

Vous pouvez également préserver l’énergie alimentaire. Il s’agit de conserver les récoltes abondantes et les manger lors des mois creux. Ainsi, les ressources seront équitablement partagées.

Limiter les déchets ou les réutiliser

L’autre principe de la permaculture est le fait de limiter les déchets. En effet, ce mode de culture ne produira aucun détritus, car les débris peuvent être utilisés de nouveau. Entre autres, vous pouvez récupérer les épluchures des fruits et légumes pour faire du compost et nourrir votre potager. C’est le compostage. 

De la même façon, ne jetez pas les feuilles mortes, les racines et les mauvaises herbes. Elles serviront à couvrir et à rendre le sol plus vivant.

Diversifier les cultures pour avoir un sol plus riche

Il faut veiller à bien organiser son potager. La création des couples de plantes fait également partie des principes de la permaculture. Il s’agit de mettre en avant la diversité des végétaux. C’est-à-dire de les planter ensemble et non les séparer. Vous pouvez par exemple planter des tomates à côté des carottes et vice versa. 

D’ailleurs, la diversité est le socle de la résilience. Outre le fait d’avoir différentes cultures, la création de couples de plantes permet aussi d’optimiser l’espace.

Optimiser la productivité des surfaces utilisées

La permaculture se base aussi sur une bonne productivité sur une petite surface. Effectivement, vous n’êtes pas obligé d’avoir un grand terrain pour appliquer ce mode de culture. Vous pouvez très bien le faire sur un petit jardin, une petite terrasse… 

Le fonctionnement de la permaculture

Vous voulez passer à la permaculture, mais vous ne savez pas comment cela fonctionne ? Suivez ces quelques conseils.

Examiner votre environnement pour en tirer le meilleur parti

En effet, pour créer un jardin en permaculture, il vous faudra d’abord réaliser l’étape de l’observation. Dans ce cas, vous devez analyser la nature du sol (argileux, sableux, etc.), l’exposition du jardin (soleil, ombre, vent) ainsi que le climat

Vous devez aussi tenir compte de l’existence de pentes et des ressources en eau. Une fois que vous les avez tous examinés, vous pouvez définir le plan de votre jardin en permaculture et choisir les végétaux adaptés.

Bien choisir les éléments à mettre en terre

Dans le choix des éléments qui composent votre jardin en permaculture, il faut aussi être vigilant. En effet, il est préférable de choisir une haie plutôt que du bois ou du béton pour clôturer votre espace en permaculture. Les haies ne serviront pas seulement à cloisonner votre terrain.

Elles feront aussi office de refuge pour les oiseaux et les insectes. Cela est une bonne idée pour améliorer la biodiversité de la nature. Les grands arbres sont aussi utiles pour cultiver et donner de l’ombre à vos fruits, vos légumes et vos fleurs. Cela favorisera leur épanouissement.

D’un autre côté, vous ne devez pas éliminer les mares et les étangs s’il y en a. Ces derniers permettent de stocker l’eau. Ils attirent aussi des prédateurs qui tuent les insectes ravageurs de jardin. Ceci évite l’utilisation de pesticides.

L’agencement de votre espace vous permet d’avoir un meilleur rendement

Par ailleurs, pensez à mélanger ou à mettre côte à côte les fleurs décoratives, les fruits et les légumes. En effet, les arômes dégagés par les fleurs pourront servir à vous débarrasser des insectes parasites qui ravagent et qui pourrissent les cultures. D’un autre côté, les insectes pollinisateurs comme les abeilles peuvent améliorer et accélérer la croissance des plantes.

Plus d’articles dans notre rubrique écologie.