Avoir une maison bien isolée, c’est une économie pour son propriétaire. En effet, l’habitation ne va pas engendrer de grandes dépenses énergétiques. La facture énergétique, comme la facture du chauffage, pourra réduire considérablement. Pour qu’une maison soit bien isolée, il est essentiel de respecter certaines étapes.

Déterminer les zones à l’origine de la déperdition de chaleur

Un problème d’isolation devient rapidement source d’inconfort. Effectivement, ce souci est souvent à l’origine de courants d’airs et d’humidité dans une habitation. En raison de ce problème, on a l’impression de ressentir une froideur persistante et même une odeur renfermée. Il est souvent la cause de la présence des moisissures sur les murs. De plus, une maison mal isolée est toujours énergivore.

Avant d’entreprendre les travaux, il faut connaître les principales sources d’évasion de la chaleur. En principe, ces sources sont les suivantes :

  • La toiture ;
  • Les murs ;
  • Les vitres ;
  • Le sol ;
  • Les ponts thermiques.

Une fois que vous aurez défini les zones à isoler, il faudra commencer les travaux sur les zones prioritaire pour votre rénovation.

Prioriser les travaux à entreprendre

Les travaux d’isolation ont lieu sur des parties distinctes de la maison. Il faudra alors commencer par les zones clés de la maison.

La toiture

C’est la partie la plus rentable en matière d’isolation. Environ 25 à 30 % de la chaleur s’échappent à travers cette zone.

L’isolation des murs

L’isolation des murs représente une partie très importante. Les murs sont considérés comme étant à l’origine de 20 % de la déperdition de la chaleur.

Les fenêtres

Ces ouvertures paraissent inoffensives. Mais en réalité, elles peuvent causer une perte d’énergie allant de 10 à 15 %.

Le plancher

Dans ce cas-ci, l’isolation du plancher servira à apporter la touche finale pour parfaire les travaux d’isolation. Comparée aux autres zones, la déperdition de chaleur de cette partie est assez inférieure. Elle n’est que de 10 %.

Choisir la technique d’isolation

En ce qui concerne l’aspect technique des travaux, vous avez le choix entre une isolation par l’intérieur ou par l’extérieur. Préférez l’alternative qui conviendra le plus à votre habitation.

L’isolation par l’intérieur

Ce type d’isolation ne va pas impacter l’apparence extérieure de la maison. Du point de vue financier, cette alternative est plus avantageuse. Elle est à l’origine de quelques inconvénients :

  • Elle engendre la réduction de la surface habitable (c’est surtout le cas lors de l’utilisation d’isolant épais) ;
  • Elle est moins contraignante à mettre en place toutefois elle est moins efficace ;
  • Elle crée quelques travaux en intérieur (déplacement des prises électriques, des radiateurs, etc.) ;

L’isolation par l’extérieur

Cette option est vraiment efficace. Elle contribue à limiter au maximum les effets de la condensation. Avec cette option, il faudra appliquer l’isolant sur les murs. Elle va faire en sorte d’ajouter la protection efficace contre les variations climatiques. Cette alternative est avantageuse, car elle ne change pas l’espace intérieur. Elle contribue aussi à éliminer les ponts thermiques.

Il faudra tout de même se préparer à ce que l’aspect extérieur de la maison. Avec ce type de travaux, il est nécessaire de faire soit :

  • Une déclaration préalable de travaux ;
  • Un permis de construire.

Pour une isolation par l’extérieur du toit, il faudra enlever entièrement le revêtement. Lorsque ce sera fait, il suffira de poser l’isolant.

Choisir le matériau isolant à utiliser

Sur le marché, il existe plusieurs matériaux isolants. Ce sont :

  • Les isolants minéraux: il s’agit des laines minérales, des panneaux rigides et des matériaux en vrac. La laine de verre est une matière très appréciée, car elle possède une vraie performance, même utilisée en fine couche. Elle n’affecte pas la surface habitable de l’habitation.
  • Les isolants naturels (ou isolants bio sourcés): ils sont constitués de matériaux variés : paille, laine, chanvre, plume, liège, laine de bois. Ils sont à privilégier, car ils n’ont qu’un impact environnemental faible. La ouate de cellulose est assez intéressante parce qu’elle possède une belle performance thermique et phonique. Étant facilement inflammables, ces isolants requièrent l’adoption de mesures spécifiques.
  • Les synthétiques: ils revêtent la forme de panneaux rigide. Ils apportent une isolation technique optimale. Il s’agit par exemple du polystyrène. Ils sont peu écologiques, c’est pourquoi, il ne faut pas les utiliser en intérieur. Ils peuvent avoir des effets toxiques en cas d’incendie.
  • Les isolants nouvelle génération: ces outils sont encore très onéreux. Peu de particuliers peuvent y avoir accès. Ils sont parfaitement efficaces. En cas de rénovation, il est possible de se servir d’aérogel (entre le gaz et le gel). Ce type d’isolant est vraiment efficace. Il va apporter du confort et de l’économie à l’habitation.